• Habitat et Ville intelligente

    L’axe Habitat et Ville Intelligente développe des recherches qui se placent dans le contexte actuel de réduction des consommations énergétiques et de la réduction des émissions de gaz à serre.

    Les travaux sont orientés d'une part, vers l’étude des composants et techniques contribuant à la maîtrise des performances énergétiques des bâtiments, le confort et à la qualité des ambiances intérieures et d'autre part vers l'application des nouvelles technologies dans la gestion des systèmes urbains (de l'infrastructure à la ville, en passant par le réseau d'eau et d'énergie, le bâtiment et le quartier urbain).

     

  • Géomatériaux

    L’axe géomatériaux regroupe les activités de recherche sur le comportement des matériaux de génie civil (sols, bétons et roches) et leur utilisation dans les ouvrages. La priorité est donnée à l’amélioration de la performance des ouvrages, l’accroissement de la sécurité, l’amélioration des propriétés des matériaux existants, la recherche des matériaux nouveaux ou de nouvelles applications pour des matériaux existants. Les recherches traitent de la modélisation aux échelles pertinentes suivantes :

    • Nanométrique – comprendre les interactions à l’échelle atomique,
    • Macroscopique – Modèle pour le comportement des géomatériaux et des interfaces,
    • De l’ouvrage - comportement des ouvrages dans leurs environnements
  • Géo-Environnement

    L’axe géo-Environnement s’intéresse aux perturbations engendrées par les activités humaines liées à l’exploitation des ressources naturelles (matériaux, sols, nappes), à l’agriculture, aux industries passées et actuelles, à l’urbanisation et aux transports.

    Dans ce contexte, sont étudiés les sols et les sédiments qui présentent, à des degrés divers, des modifications physiques, chimiques et biologiques. La démarche intègre les effets de la fragmentation des paysages et des changements globaux et plus spécifiquement ceux en lien avec les changements climatiques. Cela implique le diagnostic et l’évaluation de l’état des écosystèmes, la définition de nouveaux indicateurs, la gestion de la biodiversité, l’ingénierie écologique.

    La finalité des recherches menées au sein du LGCgE est d’améliorer les connaissances, de contribuer à l’amélioration de la fonctionnalité des sols dégradés et à la réduction des dangers environnementaux et sanitaires mais aussi, de répondre à de nouvelles attentes sociales et économiques dans des milieux variés urbains, agricoles ou forestiers.

    La problématique nécessite une approche multi-échelle, du moléculaire au paysage et s’appuie sur des expérimentations en microcosmes, mésocosmes et sites ateliers.

    Les champs de compétences de l'axe géo-environnement sont variés et complémentaires :

    • analyse des sols et des sédiments,
    • caractérisation taxonomique et fonctionnelle des communautés faunistiques du sol (méso et macrofaune),
    • détermination des traits fonctionnels,
    • mesure des activités biologiques dans les sols et de biomarqueurs de toxicité (macrofaune et végétaux),
    • imprégnation par les éléments métalliques de la végétation (naturelle et cultivée) et de la pédofaune,
    • exposition des populations en lien avec l’ingestion de particules de sols contaminés et l’inhalation.

     

Résultats 1 à 3 sur 3

logo artois couleur