Présentation des résultats du projet PAille Anas pour la Rénovation (P2AR)

Le projet Paille Anas pour la Réhabilitation (P2AR) vise à développer une solution thermique de l’habitat ancien par l’utilisation d’une ressource végétale dite bio-sourcée, le lin.

D’une durée de 3 ans (décembre 2017 à décembre 2017), ce projet financé par la région Hauts de France (appel à projets « Chercheur Citoyen ») a pour partenaires l’association Yser Houck, le Laboratoire Génie Civil et géo-Environnement (Université d’Artois et HEI), le cd2e et l’entreprise Solvay.

Les résultats du projet ont été présentés lundi 23 octobre 2017.

 

La zone géographique ciblée est celle de la Flandre, située entre Bailleul et Dunkerque, où la culture du lin est importante et l’habitat traditionnel ancien protégé. Le matériau étudié est issu du lin qui demeure une culture régionale dont la reconnaissance et le marché s'appuient principalement sur le textile. Le projet P2AR a pour but d’orienter, par l’action de chacun des acteurs, les anas de lin, représentant 50% de la production, vers la rénovation thermique des bâtiments anciens dans leur forme la plus basique, en vrac, dans le cadre des contraintes constructives sécuritaires nécessaires : protection incendie, performances thermiques minimales, transferts hygrothermiques maîtrisés, durabilité…

Durant deux années, deux habitations servant de démonstrateur ont été isolées et instrumentées pour suivre les performances hygrothermiques des anas en conditions réelles d’utilisation.

P2AR anas lin P2AR ans combles
Anas de lin en vrac Anas mis en oeuvre dans les combles

 

L’objectif scientifique de ce projet est de connaître les caractéristiques du matériau en laboratoire et en conditions de mise en œuvre in situ, en fonction des sollicitations micro-climatiques. Cela concerne les caractéristiques physiques (constitution, densité, tassement) thermiques (conductivité, chaleur spécifique), hydriques (capacité d’adsorption et de désorption d’humidité) et de durabilité (développement de moisissures).

 Des résultats prometteurs

Cette étude a permis de mettre en évidence certaines qualités du produit. Dans un premier temps, ce matériau est très peu sensible au tassement dans le temps du fait de sa masse volumique relativement élevée et de sa composition de fibres rigides.

Ensuite, le comportement des anas de lin vis-à-vis de l’humidité relative est à souligner. Les mesures effectuées in situ mettent en évidence l’adaptation du matériau aux variations saisonnières et ce malgré une teneur en eau massique élevée au départ, liée au protocole d’ignifugation du matériau. D’un point de vue thermique, l’amortissement et le déphasage des sollicitations induits par le matériau le positionnent favorablement par rapport aux isolants traditionnellement utilisés dans la construction. La conductivité thermique est moyenne mais la résistance thermique peut être améliorée en augmentant l’épaisseur du matériau.

En ce qui concerne sa mise en œuvre, la disposition en vrac des anas de lin apporte une meilleure étanchéité à l’air. Le matériau étant lourd, cela rend sa structure instable et ne permet pas aux rongeurs de s’y nicher. Le protocole d’ignifugation réduisant l’émission de poussière, très peu de particules sont en suspension après sa mise en œuvre contrairement à ce qui est observé pour les laines minérales.

Recrutement Post Doc Université d'Artois FSA Béthune

Avec un partenaire universitaire (Le LaSIE de l’université de La Rochelle) et un grand groupe
industriel concepteur/fabricant de menuiseries, un projet de développement d’une menuiserie « active »
et ventilée a été proposé et retenu par l’ADEME dans le cadre de son appel à projet NTE – Nouvelles
Technologies Emergentes.


Le poste proposé s’inscrit dans cette démarche et consiste en particulier à mieux comprendre et à
modéliser les phénomènes de transfert convectifs et radiatifs qui se produisent dans ce composant
ventilé. Il s’agit d’apporter ainsi les informations nécessaires à une bonne maîtrise des performances
énergétiques du dispositif constructif dont la certification sera recherchée pour la fin du projet.

Voir l'offre d'emploi

Forum Ma Vie, Ma Ville Demain

Le LGCgE participe au Forum " Ma Vie, Ma ville Demain" les 22 et 23 septembre 2017.

Organisé par la Ville de Béthune, ce forum a pour objectif de présenter la démarche Smart City de la ville de Béthune et des démonstrations d'innovations pour la ville de demain ainsi que de mettre en lumière les initiatives "smart" portées par les citoyens, des associations ou entreprises locales.

A cette occasion, Isam Shahrour, Directeur du laboratoire et responsable du projet SunRise, participera à la conférence "Béthune Smart City, c'est parti ! " le vendredi 22 septembre. Des projets de recherche et des démonstrations seront également présentés par les chercheurs du laboratoire.

Programme de la manifestation à télécharger

programme smart city Page 01

Une doctorante du LGCgE en finale nationale "Ma thèse en 180 secondes"

 Marie HECHELSKI a été sélectionnée pour participer à la finale nationale "Ma thèse en 180 secondes" qui s'est déroulée les 13 et 14 juin à Paris.

Photo didentité Marie HECHELSKI

Elle est actuellement en 1ère année de thèse au sein du LGCgE.

Son sujet de thèse porte sur l'utilisation d'un amendement phosphaté pour produire sur des sols fortement contaminés par des éléments métalliques des biomasses végétales destinées à l'élaboration de catalyseurs utilisables en synthèse organique.

Pour mieux comprendre son sujet de thèse, regarder saprésentation lors de la finale régionale.

Marie a également été interviewée par France Culture lors de la finale.

 

 

logo artois couleur