Projet SunRise Smart City Territoire catalyseur d’innovation

Type de projet : Contrat Plan Etat Région
Dates : 2015-2020
Axe et équipe de recherche concernés Axe 3 – ER5
Responsable du projet : Isam SHAHROUR
Centres concernés : Université de Lille
Partenaires : Région Hauts de France, Communauté Urbaine de Lille, Communauté d’agglomération ArtoisComm, Dalkia, Suez, Eaux de Paris, Vitens…

Le projet SunRrise – Smart City a été lancé en 2011 dans le cadre d’un large consortium mis en place par l’Université de Lille et coordonné par le LGCgE. Ce consortium a rassemblé des collectivités (Région Hauts de France, Communauté Urbaine de Lille, ArtoisComm…), des opérateurs des services urbains (eau potable, assainissement, chauffage urbain et électricité), des opérateurs de logement social, des start-up, des laboratoires de recherche et des partenaires européens et américains regroupés dans l’association W-Smart sur la sécurité de l’eau. Ce consortium a identifié les réseaux intelligents (Smart Grid) comme sujet prioritaire présentant un grand intérêt pour la ville. Il a aussi identifié un besoin de construire un démonstrateur à grande échelle des réseaux urbains intelligents et plus tard de la ville intelligente. Le projet SunRise est né de cette réflexion collective. Le campus de la Cité Scientifique a été choisi comme site pour le démonstrateur pour la facilité d’accès aux infrastructures et aux données et pour sa représentativité d’une petite ville. En effet le campus s’étend sur 110 hectares avec près de 150 bâtiments, 100 km de réseaux urbains et 25 000 usagers, dont près de 5000 résident sur le campus.

Le projet SunRise a bénéficié dès le début du soutien de la Région à travers une chaire internationale de 3 ans, qui a été occupée par professeur Ilan Juran de l’Université de New York (NYU), du soutien financier des autres collectivités, du soutien technique et financier des opérateurs de services urbains (Dalkia, Suez, Eaux de Paris, Vitens…) et des entreprises. Le projet a attiré très vite un très grand nombre d’étudiants à travers le monde dans le cadre des programmes de Master, Mastère, de thèse et des stages. Il a servi de démonstrateur pour le projet européen SmartWater4Europe (2014 – 2017) sur les réseaux intelligents et a été intégré dans le Contrat Plan Etat – Région (2015 – 2020) comme un démonstrateur catalyseur d’innovations urbaines.

La première phase du projet a consisté dans la digitalisation de l’ensemble des réseaux du campus dans un SIG comportant à la fois les éléments de patrimoine, de gestion et d’instrumentation.

La seconde phase a concerné l’instrumentation  :

  • (i) du réseau d’eau potable pour la détection des fuites et le contrôle de la qualité de l’eau,
  • (ii) du réseau d’assainissement pour réduire le risque d’inondation et le contrôle des rejets,
  • (iii) du réseau de chauffage urbain pour le suivi du fonctionnement de ce réseau et son optimisation,
  • (iv) du réseau électrique pour le suivi des consommations et les facteurs de sécurité,
  • (v) d’une chaussée de 50 m, en collaboration avec la Communauté Urbaine de Lille, pour analyser l’impact de la tranchée sur la durée de vie de la chaussée et
  • (vi) des bâtiments avec des capteurs de confort et de consommation. Ces travaux ont été réalisés par des doctorants avec l’appui de 2 ingénieurs de recherche recrutés sur contrat.

L’analyse des données a été réalisée en lien avec nos partenaires en utilisant des méthodes conventionnelles et des méthodes avancées basées sur l’intelligence artificielle. Des résultats pertinents ont été obtenus à la fois pour améliorer la gestion du patrimoine (détection des fuites, des contaminations, des surconsommations, des défauts de fonctionnement dans les réseaux,) et pour des publications scientifiques.

Fort de ce succès, le LGCgE a été sollicité pour accompagner la démarche « Smart City » de plusieurs partenaires, notamment Lille Métropole Habitat sur le logement social, la communauté d’agglomération ArtoisComm sur un quartier intelligent, la ville de Béthune sur la Smart City, l’agglomération et la ville de Saint-Quentin sur le Territoire Intelligent et le Bâtiment Intelligent et la ville de Lille pour la Smart Gouvernance. Le LGCgE a été aussi sollicité pour des projets au Liban, au Qatar, au Maroc en Tunisie et en Chine.

Le projet SunRise a été présenté devant de nombreuses instances : Banque Mondiale à Washington, journée parlementaire à Paris, AFNOR, CRE, ENA, Assemblée Générale des DGS des Universités, rencontre des inspecteurs du ministère de l’éducation nationale, Conseil Municipal de Villeneuve d’Ascq, Conseil de développement ArtoisComm, Office de l’eau, des villes et des agences d’eau en Chine et au Maroc. Il a occupé près de 40 m2 à la COP 22 au Maroc.

Le projet sert de support pour différents cours de master et mastère et pour des travaux de thèse en France, aux États-Unis, en Italie, au Maroc, en Tunisie, au Liban, en Palestine, au, Qatar et en Chine. Les étudiants impliqués dans le projet ont été lauréats à deux reprises pour leurs projets d’innovation sur l’Handicap. Il a aussi lauréat en 2017 du prix d’innovation « Campus Durable » du réseau « Campus Responsables ».

Le projet se poursuit pour perfectionner et élargir l’instrumentation, approfondir l’analyse des données, notamment avec l’intelligence artificielle, intégrer des outils de réalité virtuelle et augmentée et traiter de nouveaux sujets comme la sécurité et la résilience, l’espace souterrain et la maintenance intelligente des infrastructures.